Press Archive

Bellucci, grand seigneur du clavier

Le Monde

English

Piano virtuosity at the Louvre Auditorium.

Bellucci, grand seigneur of the keyboard.

«Bellucci plays like a grand seigneur of the keyboard. This pianist is capable of playing pieces which are totally different in theme and character and of projecting them each time in a different environment. Bellucci is an artist whose culture of sound, intelligence and humour transcend the intellectual commitment of a programme of which we remember the recreative freedom of a truly unforgettable performer».

Alain Lompech, Le Monde

French

Piano virtuosity at the Louvre Auditorium.

Assauts de virtuosité pianistique à l’Auditorium du Louvre : Bellucci, grand seigneur du clavier.

« Si le Louvre a fait revivre… quelques-unes des figures les plus illustres du piano d’autrefois en projetant des films d’archives, on s’y est aussi attaché à présenter des jeunes pianistes qui avaient à relever un défi redoutable : jouer après ces géants. Giovanni Bellucci a le redoutable privilège de jouer après Cziffra, dont le récital enregistré par la BBC en 1962… est une drogue en vente libre, à consommer sans limite. Le programme de cet Italien est d’une intelligence confondante, deux préludes de choral pour orgue de Bach transcrits par Busoni font écho au premier mouvement de la sonate « Clair de lune », et la Fantaisie et Fugue sur le choral « Ad nos, ad salutarem undam » pour orgue de Liszt (presque jamais jouée dans l’éprouvante transcription pour piano de Busoni) à la grandiloquente Fantaisie après une lecture du Dante. Une petite pause humoristique avec la Fantaisie sur Carmen de Busoni avant Souvenirs d’Andalousie et la Grande Fantaisie sur l’hymne américain, deux pièces superbement évocatrices, excitantes de Louis Moreau Gottschalk, le Chopin de la Louisiane. Bellucci joue en grand seigneur du clavier. Ce pianiste est capable d’enlever des pièces aussi diverses par l’écriture, le caractère, de les projeter dans un espace chaque fois différent : un monde sépare l’église transformée en salle de concerts par Liszt et Busoni, l’intimité beethovénienne et les salons du XIX siècle. Bellucci est un artiste dont la culture du son, l’intelligence et l’humour transcendent l’agencement intellectuel d’un programme dont on ne retient que la liberté recréatrice d’un interprète effectivement inoubliable ».

Alain Lompech, Le Monde

We use cookies to guarantee a better experience on our site. By continuing to browse our site without changing your settings, you accept the use of cookies in accordance with our privacy policy.